Plume et parchemin

Plume et parchemin

Ady Endre - HIVEN SOHASE SZERETTEM

JE N'AI JAMAIS FIDÈLEMENT AIMÉ

Mes baisers, je les ai cueillis, récoltés.
Je n'ai jamais fidèlement aimé.

Quand j'ai fait des serments, qu'à mourir j'étais prêt,
La femme la mieux au monde, je l'ai dupée.

Quand je désirais, quand je m'engageais,
Dans mon but, dans mon sang j'étais tout mauvais.

En embrassant, en couvrant de baisers,
Je n'étais qu'un comédien pas gai.

Quand de la mort il m'est venu la pensée,
J'étais fausseté : debout, j'espérais.

Quand à quelque femme un serment j'ai fait,
Il n'y avait en ce serment rien à quoi je croyais.

 

Note d'Elvi :

ADY Endre a rencontré à Nyavarad une jeune femme Léda, juive hongroise mariée à un homme d'affaires établi à Paris.

Elle le prend par la main, elle l'emmène à Paris, tente de le convertir à ce qu'il est convenu d'appeler la "civilisation". Ady Endre, forte nature, a de nombreux côtés faibles : il la bénit, il la maudit, se fait chasser, la chasse, l'adore, la hait, l'exalte et l'insulte.

 



05/12/2008
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 6 autres membres