Plume et parchemin

Plume et parchemin

Automne -

J'ai le coeœur en automne.

Aux arbres que le soleil dépouille

En pluie dorée de feuilles mûres

Il n'y a plus de fruits.

La maison sommeille,

Le vent gémit aux fenêtres closes

Sur l'absence revenue.

Dans la dernière heure du jour,

Je dessine ton profil  immobile,

Dont la tranquille indifférence

Me déchire et m'oppresse.

Cette place vide autour de quoi

Je marche sans bruit

Est moins déserte que moi.

Aucune autre musique

Ne monte dans le soir

Que le battement sourd

De mon coeœur gouverné.

Avec tout ce silence,

Ces paupières baissées,

Ces mots qui ne sont jamais dits

Et restent en prison au fond de moi

Avec toute cette impatience

A penser que le temps

Cessera de fermer les chemins où je vais

Avec cette tendresse

Où je sais que je t'aime,

Je suis toujours la même.

 

Octobre 1985

 Elvi

 



04/12/2008
1 Poster un commentaire
Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 5 autres membres