Plume et parchemin

Plume et parchemin

Chapitre 3 - rencontre en ville

Chapitre 3

Rencontre en ville

 

            Monsieur Belmont ne reviendra pas avant un certain temps, ma supérieure m'en a informé, il doit s'occuper de faire les démarches qu'elle lui a indiquées et ensuite ils feront le point pour vérifier si ça fonctionne ou pas.

Je dois lui souhaiter que ça réussisse, même si ses fantasmes et fantaisies commençaient à titiller ma libido. Allons Alexia, du calme et au travail !

 

***************

 

            C'est samedi et je rentre de mon cours de danse. Je marche allègrement sur le trottoir, en chaussures de sport, en jean et tunique, les cheveux retombant en une longue tresse dans mon dos, mon sac avec mes affaires à la main. Je me sens légère, après une heure et demie de danse qui m'ont fait le plus grand bien. Je suis sur le point de traverser la place pour me diriger vers ma station de tram lorsque j'entends qu'on m'interpelle « Mademoiselle Delville ! » Je me retourne et me trouve nez à nez avec ... Monsieur Belmont, en tenue décontractée, blouson blanc sur un ti-shirt et pantalon en toile, les cheveux mouillés (sans doute après une douche) un grand sac à la main. Nous nous regardons tous les deux étonnés.

-    Vous rentrez chez vous ? me demande-t-il platement.
-        Oui, j'allais prendre mon tram.
-        Puis-je vous offrir un café ?
-        Euh, quelque chose de bien frais serait plus adapté, je crois, dis-je avec un sourire.
-        Ah oui, bonne idée, alors puis-je vous offrir une boisson ? il me désigne du doigt une terrasse de café sur la place.
-        Pourquoi pas ?

J'ai chaud et soif, ça tombe bien et j'avoue que je ne suis pas mécontente de le rencontrer. Nous allons nous installer à une petite table, assis l'un en face de l'autre. Il pose son sac et moi le mien.

-    Vous veniez de faire du sport ? me demande-t-il.
-        J'avais un cours de danse.
-        Et quel type de danse pratiquez-vous ? salsa, tango ?
-        Non, je pratique la danse classique.
-        Oh je vois. J'avais en effet remarqué que vous aviez des jambes superbes, je comprends mieux maintenant -  Il dit cela en me détaillant des pieds à la tête.

Heureusement que je suis déjà un peu rouge après l'effort car il me ferait bien rougir de nouveau, sa manière d'avoir apprécié mes jambes étant, quelque peu, hum, désinvolte.

-        Et vous-même, Monsieur ? Quel est votre sport ?
-        Je reviens de la muscu tout simplement. Ca me destresse de me focaliser sur le travail aux appareils. Sinon, j'aime bien aller courir.
Ca le destresse et ça le rend bigrement séduisant ! En costard il est déjà top, mais avec son ti-shirt qui moule sa musculature, c'est vraiment très plaisant !

 

Le garçon arrive pour prendre la commande.
-        Que désirez-vous ? me demande monsieur Belmont
-        Un coca s'il vous plait.
-        Alors ça fera deux cocas.
En attendant nos boissons je demande pour continuer le sujet interrompu.

-    Le travail d'architecte est si stressant ?
-        Assez, quand nous avons des projets compliqués, des impératifs, des délais très courts à respecter. Mais ce sont surtout ces problèmes avec mon ex-épouse et ses exigences insensées qui me rendent fou.
-        Je comprends, dis-je simplement - Il sait qu'il peut parler du sujet, je suis au courant de son dossier - Les démarches demandées par Maître Surgères font-elles avancer votre cause ?
-        Je pense que je vais finir par avoir raison, j'ai trouvé une faille dans son système, dit-il avec un petit sourire carnassier.
-        Vraiment ? Cela va changer les modalités de ses revendications ?
-        Plutôt oui ! Même radicalement ! dit-il avec un air très satisfait.
-        J'en suis ravie pour vous !

Il me regarde d'un air étonné et je rougis car j'ai exprimé mon opinion de façon un peu trop enthousiaste alors que je ne devrais pas être concernée par ce qui lui arrive et rester neutre.

Le serveur apporte nos cocas, ça me permet de me reprendre. Je prends le verre bien frais et goûte la boisson rafraîchissante, mon interlocuteur fait de même.

Il relève la tête et soudain me dit, sérieusement.
-        Si vous avez des projets de mariage, maintenant ou plus tard, prenez le temps de savoir si vous faites le bon choix, n'agissez surtout pas aussi impulsivement que je l'ai fait !
-        Je n'ai personne dans ma vie avec qui je pourrais construire des projets mais je retiens votre conseil, ça peut servir.

Monsieur Belmont me regarde longuement et je me penche vers mon verre pour échapper à son regard incisif, si clair. Qu'est-ce qui l'intrigue ? Que je lui 'ai avoué que je n'avais personne dans ma vie ? Pourtant c'est la réalité.
-        Le travail vous plaît dans le cabinet de votre avocate ? me demande-t-il d'un air intéressé.
-        C'est un travail très prenant et varié, même si Madame Surgères a une personnalité un peu ...
-        Tyrannique ?
-        On peut dire ça oui, mais elle est excellente dans son domaine, c'est indiscutable. Je pense qu'elle vous a été d'une grande aide, n'est-ce pas ?
-        C'est clair ! Elle a trouvé les points faibles du dossier de mon ex-épouse et toutes les démarches ... que vous avez tapées d'ailleurs (il me regarde avec un sourire en coin ; hum à quoi pense-t-il ou à qui ? Minoune ?) se sont avérées très instructives. Non seulement elle va perdre mais je pourrais peut-être LUI demander des dommages et intérêts !
-        Oh réellement ?
-        Je vous confie ceci sous le sceau du secret - il se penche vers moi au-dessus de la petite table - j'ai découvert le nom de son amant ; je me doutais bien qu'elle en avait un, voire plusieurs, mais elle avait bien caché son existence ! Seulement votre directrice est très futée !

C'est clair qu'elle sait bien comment ça fonctionne, vu qu'elle-même cache soigneusement ses relations avec maître Gilbert qui est un homme marié ! Si ça se trouve ils s'étaient donné rendez-vous dans un de ces petits hôtels pour couples illégitimes et elle a vu l'ex Madame Belmont et son amant - ahahah -  ça serait la meilleure !

-        Quelque chose vous amuse ? me demande-t-il intrigué en me regardant intensément.
-        Une idée qui me passait par la tête - j'essaie de rester évasive - en tous les cas, je souhaite qu'elle ait eu raison et que les moments pénibles que vous venez de vivre cessent enfin.
-        Un calvaire, voulez-vous dire !
Mais pourquoi a-t-il épousé cette femme s'il n'y avait rien de commun entre eux ?
Comme s'il avait lu dans mes pensées, il continue :
-        J'ai été ébloui par son physique, son allure, la personnalité qu'elle affichait ; elle m'attirait terriblement et comme je suis de nature impulsive (non, si peu ... comme si je ne l'avais pas remarqué) je n'ai pas cherché à la connaître vraiment et je l'ai épousée. La lune de miel n'a pas duré longtemps croyez-moi ! Elle était superficielle, tout était factice chez elle, un vernis de culture et une personnalité totalement égoïste ! Il aurait fallu que je sois constamment à sa disposition, elle se fâchait quand j'avais trop de boulot, un projet à terminer, qui pourtant allait rapporter un beau paquet d'argent !! Elle ne crachait pas dessus, vous pouvez me croire ! Pour le dépenser elle était au top !

Sa voix est amère, un pli barre son front, il repousse sa mèche d'un geste brusque. Il n'a pas dû passer des moments très agréables avec « ex-madame Belmont ».

Nous finissons nos cocas et je l'informe que je vais rentrer pour me changer (je me sens trempée, je n'ai pas eu le loisir de prendre une douche comme c'est sûrement son cas).

-    Oui, naturellement ! dit-il en se levant.
Il me tend la main pour me dire au revoir - je la serre, mais de son autre main, il soulève ma tresse et dit « très joli, ça change de votre chignon sévère ». Mince, il remarque tout !

Enfin, nous nous saluons et je file prendre mon tram pour rentrer. Je sais que lui habite dans un immeuble dans un quartier chic, il a dû garer sa voiture dans un parking du centre ville.

Dans le tram, j'analyse cette rencontre inattendue et qui m'a fait découvrir un personnage bien différent de celui que j'ai côtoyé dans mon bureau ; a priori ses fantasmes prennent vie dans des endroits précis.  Je ris intérieurement au souvenir des moments érotiques avec la chère Minoune !

 

 



22/06/2014
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 5 autres membres