Plume et parchemin

Plume et parchemin

Je ne suis....

Je ne suis qu'une amante

Aux pentes de tes lèvres

Mon corps devient langueur

Aux mains qui le dénudent

Et répand son soleil

Dans les prés bleus du rêve.

 

Le jeu commence par tes mains,

Coquilles du soir jaloux,

Et de rêves rôdeurs.

Nos cœurs battent, s'embrasent,

Sur les blancheurs du lit

Foulées par nos têtes.

Au balancement du désir,

Ma paupière hésite

La douceur naissante monte

Dans mes bras qui t'habillent.

Tes lèvres cueillent avidement

Les parfums répandus sur ma gorge,

Ma main te prend, impatiente mais douce

Et te porte lentement

Aux doux jeux de la guerre.

Le jeu écrit sa règle inlassable

Jusqu'au jaillissement

Qui t'emporte

Vers la plus belle souffrance.

 



07/12/2008
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 6 autres membres