Plume et parchemin

Plume et parchemin

Le printemps de la jeunesse

Ah les p'tites cousines

Au coeur de l'été

Premiers émois,

premiers baisers

 

On était jeunes et innocents

bien avant d'avoir 20 ans

Roulades folles en champ de blé

Premiers émois,

premiers baisers

 

Comme un goût de printemps

plus tendre et plus calin

lorsque nous courions tous deux

vers le bout du jardin

 

La joie avait une couleur charmante

d' amie, j'aurais bien aimé

que tu deviennes amante.

 

 

Un texte que j'ai écrit pour un ami qui me parlait de la chère cousine de son enfance !!



04/12/2008
1 Poster un commentaire
Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 6 autres membres