Plume et parchemin

Plume et parchemin

les baisers de madame Du Barry

Savez-vous que Madame Du Barry avait envoyé (par la poste) deux baisers à Voltaire qu'elle admirait pour ses œoeuvres.
Notre joyeux philosophe subjugué par l'émotion lui envoya ce quatrain en remerciement :
 Quoi, deux baisers sur la fin de la vie !
Quel passeport vous daignez m'’envoyer !
Deux, c'’est trop, d’'un, adorable Égérie,
Je serai mort de plaisir au premier.

Enregistrer



18/05/2012
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 5 autres membres