Plume et parchemin

Plume et parchemin

"Ma petite"

« Ma petite »

 

 

 

La petite fille se hâtait sur les trottoirs de St Louis, balayés par une bise mordante. Elle releva les pans de son écharpe et tira sur son bonnet pour protéger ses oreilles. Enfin, elle s'engouffra dans la boutique de l'épicier italien, sûrement chez « Giorgio » elle allait trouver ce qu'elle désirait offrir à son papa à l'occasion de son anniversaire, car cette année pas question de faire dans le truc traditionnel, cravate etc. Non, cette année, elle voulait montrer qu'elle savait choisir quelque chose de vraiment « classe », une bouteille d'un très bon vin rouge qui accompagnerait le chili con carne que Maria (leur concierge) avait mijoté pour eux, parce qu'il ne fallait pas lui demander grand-chose question cuisine.

 

Zut, il y avait des clients dans la boutique et la petite fille trépignait presque sur place en écoutant Giorgio, en bon italien, parler avec forces gestes.

 

-       Pfff , je vais en avoir pour un bon bout de temps et j'ai intérêt à rentrer vite fait avant l'arrivée de papa !

 

Finalement, elle se décida à inspecter les rayons où étaient disposées les bouteilles de vin. Elle commença à lire les étiquettes : vins californiens, mais ça papa connaissait bien, vins italiens (eh naturellement) et puis, un nom attira son attention : « château Cadillac » ! ouhhh ça sonnait bien ça, un nom français. La petite fille savait ce que « château » signifiait, elle avait lu à la bibliothèque des livres où les héroïnes françaises vivaient dans des « châteaux ».

 

Elle saisit la bouteille pour mieux lire l'étiquette.

 

-           Puis-je vous aider ?

 

Une vois résonna derrière elle, mais ce timbre doux et suave n'avait rien à voir avec celui de Giorgio.

 

Elle se retourna brusquement et faillit laisser échapper la bouteille, rattrapée de justesse par l'homme qui s'était adressé à elle. La petite fille resta une seconde ébahie ; comment pouvait-on être aussi beau ? de longues boucles brunes encadraient un visage pâle où brillaient deux saphirs ou deux lagons d'eau pure où on pouvait plonger,  un sourire ravageur étirait une bouche bien ourlée. C'était qui ce mec ? un acteur de cinéma ?

 

-           Tu cherches un vin français, ma petite ? répéta l'homme de cette voix caressante

 

-          Euh, oui, bafouilla la petite fille, c'est l'anniversaire de mon père et… - mais qu'est-ce qui lui prenait de raconter sa vie aux inconnus, elle savait qu'elle ne devait pas engager une conversation avec un étranger. Parce que celui-là était sûrement français vu son léger accent et il l'avait appelé « ma petite »,  elle comprenait aussi ces mots-là. 

 

-        Ce vin est assez courant, si tu veux quelque chose pour l'anniversaire de ton père, tu devrais plutôt choisir ceci. L'inconnu avait reposé la bouteille et choisi une autre qu'il tendit à la petite fille ; « Château Margaux » ça devait être un bon vin, ça sonnait bien. Elle regarda l'étiquette et faillit s'étrangler, le prix représentait deux ans de ses petites économies.

 

-           Oh oui, c'est peut-être un peu cher pour toi, ma petite. Laisse-moi te l'offrir, dit l'inconnu de sa voix toujours aussi douce.

 

Son regard plongé dans les yeux saphir, elle faillit dire oui, mais un rire retentit derrière elle :

 

-        Ah ah tu séduis les fillettes maintenant ?

 

Une grande jeune femme, perchée sur des bottes à talons de 10 cm au moins, un pantalon imprimé léopard moulant ses grandes jambes et un manteau de fourrure sûrement coûteuse l'enveloppant, la regardait : ses yeux ambrés comme ceux d'un chat, étirés sur les tempes – j'aime pas cette femme qui a des yeux jaunes, pensa la petite fille, elle me regarde comme un chat qui voudrait croquer une souris.

 

-          Il n'est pas question que  j'accepte, s'insurgea la petite fille, essayant de se grandir car malgré ses 12 ans , elle était de petite taille.

 

-      Ce n'est pas un peu onéreux pour toi, je peux t'aider, tu sais ? redemanda l'homme séduisant et de nouveau il plongea son regard bleu dans les prunelles sombres de la petite fille.

 

Bizarrement, une atmosphère fleurie l'entoura, comme si le magasin de Giorgio qui sentait ordinairement l'huile d'olive, la saumure et le salami, s'était transformé en boutique de fleuriste.

 

De nouveau le rire cristallin de la femme résonna et chaque note donnait l'impression de pointes de glace sur ses bras. Comme elle s'était retournée, elle n'avait plus son regard lié à celui de l'inconnu et la sensation agréable disparu ; elle se retrouva dans l'atmosphère de l'épicerie et Giorgio qui continuait à parler fort avec de grands gestes.

 

Cette fois, elle évita de croiser le regard saphir et répondit d'un ton qui se voulait ferme et autoritaire :

 

-          Merci Monsieur, je n'ai pas besoin de votre aide.

 

La femme toujours avec ce désagréable tintement cristallin dans son rire ajouta :

 

-          Et bien, Jean-Claude, ton pouvoir de séduction ne marche pas, dirait-on.Tu n'arrives pas à subjuguer cette gamine !

 

Très en colère, la petite fille se retourna et lança d'une voix forte :

 

-      Savez-vous que c'est interdit par la loi d'essayer de séduire les « gamines » !

 

-     Qui te l'a dit, ton papa ? demanda le bel inconnu de sa voix toujours basse et caressante.

 

-      Oui, parfaitement !

 

-     Et il a entièrement raison, on ne séduit pas les petites filles, on attend qu'elles grandissent, dit-il avec un sous-entendu dans la voix.

 

La petite fille recula d'un pas, ces paroles ne lui plaisaient pas du tout,  malgré le ton si doux qu'il employait.

 

-     Allez, n'aies pas peur, il ne va pas te mordre, ajouta la femme et tous deux partirent d'un éclat de rire.

 

-      Je ne vois vraiment pas ce qu'il y a de drôle ; la petite fille était vraiment furieuse qu'ils se moquent d'elle ainsi.

 

L'inconnu se baissa vers elle, pour être à sa hauteur :

 

-        Ne l'écoute pas, ma petite, tu es une fillette ravissante et très courageuse, tu as toute mon admiration et ajouta-t-il presque en chuchotant, je ne te ferai pas de mal.

 

-     Merci, Monsieur, mais je ne suis pas votre petite et je suis assez grande pour me débrouiller toute seule, répondit-elle en levant bien haut son petit menton, d'un air fier.

 

-          Bien, bien dit-il, et doucement il attrapa une des boucles qui s'échappaient du bonnet de laine de la fillette, la roula sur son doigt et ajouta, tu es délicieuse, vraiment, et un jour peut-être tu sauras pourquoi je t'ai appelé « ma petite ».

 

La fillette ne recula pas cette fois, de nouveau comme hypnotisée par ce ton caressant.  Quand l'inconnu lâcha sa boucle de cheveux, enfin elle fit un pas en arrière et serrant la bouteille de vin contre elle,

 

-        Bon, il faut que je me sauve, je vais être en retard, dit-elle abruptement.

 

-   Je te souhaite une bonne soirée et que l'anniversaire de ton papa soit très heureux, énonça l'inconnu et prenant le bras de la femme-léopard, comme la nommait intérieurement la petite fille, il lui fit un grand sourire d'une blancheur carnassière et sortit de la boutique.

 

 

 

Quand son père fut de retour, il trouvé la table mise, le chili con carne sentait délicieusement bon et sur la table trônait une bouteille de vin français.

 

-          Oh Anita, mais où as-tu trouvé ça ? 

 

-          Chez Giorgio, papa.

 

-          Du vin français, j'aurais plutôt pensé qu'il t'aurait proposé du vin italien

 

-         C'est moi qui ai choisi, dit la petite fille fièrement (enfin un peu aidée, mais je ne peux pas en parler et puisqu'il a dit que c'était le meilleur  !)

 

-        Un très bon choix, ma chérie – heureusement le papa ne connaissait pas la valeur des vins français, sinon il aurait grondé sa fille.

 

 

 

Plus tard, après le repas d'anniversaire qui avait été tellement chaleureux et agréable malgré le manque terrible de sa maman, la petite fille en se déshabillant se regarda dans la glace de sa chambre : mais je ne suis pas si « petite » ou alors ce mot a un autre sens ? « délicieuse » a-t-il dit ?

 

Résultat de recherche d'images pour "château margaux"

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



07/03/2012
7 Poster un commentaire
Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 6 autres membres