Plume et parchemin

Plume et parchemin

Milyen volt szõkesége... de Gyula Juhász

JE NE ME SOUVIENS PLUS

Je ne me souviens plus oh combien elle était blonde,
Mais je sais que les champs sont blonds quand c'est leur temps;
Et quand chargé d'épis, vient l'été flamboyant,
Je revois sa blondeur dans cet or qui m'inonde.

Je ne me souviens plus du vrai bleu de ses yeux;
Pourtant lorsque les cieux s'entrouvrent en automne,
Lorsque septembre amène ses adieux déprimants,
Je revois en rêvant la couleur de ce bleu.

Je ne me souviens plus de sa voix, quelle soie ?
Mais au printemps quand les prés soupirent,

J'ai l'impression que c'est la voix chaude d'Anna

Qui parle du printemps, qui est loin, comme le ciel -



05/12/2008
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 5 autres membres