Plume et parchemin

Plume et parchemin

poésie de Petőfi Sándor – Szülőföldemen

Une poésie que j'apprécie beaucoup et que j'ai traduite - Sándor
Pet?fi est né dans le Kiskunsŕg - un morceau de la grande plaine -

Mon pays natal -

Je suis né ici, moi, dans ce pays
Dans cette grande plaine de l'Alföld
Cette ville est l'endroit de ma naissance
Comme s'il était plein de chansons de ma nourrice
Maintenant, j'entends cette chanson, elle résonne encore
"Hanneton, hanneton jaune"...

Je suis parti d'ici, étant petit enfant
Et c'est en homme adulte que je suis revenu
Hélas, depuis, déjŕ 20 années se sont écoulées
chargées de chagrin et de joie...
Vingt années ! que le temps a passé.
"Hanneton, hanneton jaune"

Oů ętes-vous, mes anciens compagnons de jeux ?
Si je voyais seulement l'un d'entre vous ?
Asseyez-vous ici, ŕ côté de moi
Permettez-moi d'oublier que je suis maintenant un homme
Que sur mes épaules 25 années pčsent déjŕ
"hanneton, hanneton jaune"...

Ainsi qu'un oiseau inquiet sur les branches,
D'un endroit ŕ un autre ma pensée voltige
Recueille beaucoup de souvenirs
Ainsi que l'abeille qui prend son miel dans la fleur
Je parcours tous ces vieux endroits si chers
"hanneton, hanneton jaune"

Je suis l'enfant, je redeviens l'enfant
Je chevauche en soufflant dans mon sifflet de saule,
Je chevauche un coursier fougueux
Je vais vers la mangeoire, mon cheval désire boire
Je l'abreuve, Hue cheval, Hue "betyŕr"
"Hanneton, hanneton jaune"

Au tintement de la cloche du soir,
Déjŕ fatigués, le cavalier et son cheval
Rentrent ŕ la maison, ma nourrice me prend sur ses genoux
la berceuse résonne sur ses lčvres
J'écoute et déjŕ je suis dans un demi-sommeil
"Hanneton, hanneton jaune" ..

 

 

Szül?földemen
 

Itt születtem én ezen a tájon,
Az alföldi szép nagy rónaságon,
Ez a város születésem helye,
Mintha dajkám dalával vón tele,
Most is hallom e dalt, elhangzott bár:
"Cserebogár, sárga cserebogár!"

Ugy mentem el innen, mint kis gyermek,
És mint meglett ember, úgy jöttem meg.
Hej azóta húsz esztend? telt el
Megrakodva búval és örömmel...
Húsz esztend?... az id? hogy lejár!
"Cserebogár, sárga cserebogár!"

Hol vagytok, ti régi játszótársak?
Közületek csak egyet is lássak!
Foglaljatok helyet itt mellettem,
Hadd felejtsem el, hogy férfi lettem,
Hogy vállamon huszonöt év van már...
"Cserebogár, sárga cserebogár!"

Mint nyugtalan madár az ágakon,
Helyrül-helyre röpköd gondolatom,
Szedegeti a sok szép emléket,
Mint a méh a virágról a mézet;
Minden régi kedves helyet bejár...
"Cserebogár, sárga cserebogár!"

Gyermek vagyok, gyermek lettem újra,
Lovagolok f?zfasípot fújva,
Lovagolok szilaj nádparipán,
Vályuhoz mék, lovam inni kiván,
Megitattam, gyi lovam, gyi Betyár...
"Cserebogár, sárga cserebogár!"

Megkondúl az esteli harangszó,
Kifáradt már a lovas és a ló,
Hazamegyek, ölébe vesz dajkám,
Az altató nóta hangzik ajkán,
Hallgatom s félálomban vagyok már...
"Cserebogár, sárga cserebogár!"...

 

Félegyháza, 1848. június 6-8.

 



05/12/2008
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 6 autres membres