Plume et parchemin

Plume et parchemin

The sad and haunting tale of Yuki Onna

Je vais vous traduire cette légende concernant Yuki Onna :

"Dans la province de Musashi, vivaient deux sculpteurs sur bois, Mosaku et Minokichi - à l'époque où je vous raconte cette histoire, Mosaku était un vieil homme et Minokichi, son apprenti, était un jeune homme d'environ 18 ans.Chaque jour, ils devaient se rendre dans la forêt qui se trouvait à environ 5 miles du village. Pour atteindre cette forêt, il fallait traverser une rivière et comme elle était large, ils utilisaient un ferry-boat. Un pont avait bien été construit, mais les crues de la rivière l'emportaient à chaque printemps.
Mosaku et Minokichi étaient donc en route pour rentrer chez eux, un soir de grand froid quand une tempête de neige s'abattit sur eux. Ils arrivèrent au ferry mais s'aperçurent que le batelier avait disparu laissant le bateau de l'autre côté de la rivière. Il n'était évidemment pas question de se jeter à l'eau pour traverser, les sculpteurs se réfugièrent donc dans l'abri du batelier, assez satisfaits finalement de trouver un refuge contre le froid et la tempête. Malheureusement, il n'y avait pas d'âtre dans cette hutte ni d'endroit pour faire du feu, c'était une petite cabane de la taille de deux tatamis avec une porte et pas de fenêtre. Mosaku et Minokichi calèrent la porte et se couchèrent pour se reposer, s'enveloppant dans leurs manteaux de paille en attendant que la tempête se calme.
Le vieil homme s'endormit aussitôt alors que le jeune apprenti resta allongé, éveillé pendant une longue période, écoutant les plaintes du vent, et le bruit de la neige frappant la porte. La rivière grondait aussi, et la pauvre hutte était secouée comme un brindille. C'était une horrible tempête, et l'air devenait de plus en plus froid si bien que le pauvre Minokichi commençait à grelotter sous son manteau de paille mais finalement épuisé il s'endormit -
Minokichi fut éveillé par une douche de neige sur son visage, la porte de la hutte était grande ouverte, et dans la lumière blanchâtre (yuki-akari = lumière de neige) il vit une femme dans la cabane, une femme toute vêtue de blanc. Elle était penchée au-dessus de Mosaku et soufflait son haleine sur le visage du vieil homme : son haleine était comme une vapeur brillante. Presque au même moment, elle se tourna vers Minokichi et se baissa vers lui. Il voulut crier mais s'aperçut qu'il ne pouvait émettre aucun son. La femme en blanc se penchait vers lui, plus bas, plus bas, jusqu'à ce que son visage touche le sien ; il vit oh combien elle était belle... malgré son regard qui l'effrayait. Elle resta à le regarder pendant un moment puis elle murmura "j'avais l'intention de te faire la même chose qu'au vieil homme mais je ne peux m'empêcher d'avoir pitié de toi, ... tu es jeune... tu es un beau garçon, Minokichi, et je ne veux pas te faire de mal. Mais si tu raconte à quelqu'un -même ta propre mère - ce que tu as vu cette nuit, je le saurais et je reviendrais te tuer - Souviens-toi de ce que je t'ai dit" et après ces paroles, elle disparut par la porte grande ouverte.

Minokichi sortit de sa torpeur et se précipita vers la porte restée ouverte, mais la femme en blanc n'était visible nulle part et la neige tourbillonnait furieusement autour de la hutte. Minokichi ferma soigneusement la porte et la maintint bien close en y appuyant des bûches de bois... il se demandait si le vent l'avait ouverte ou ... avait-il fait un mauvais rêve et avait-il confondu l'éclat éblouissant de la neige par la porte restée béante avec la silhouette d'une femme en blanc ? il n'était sûr de rien. Il appela Mosaku et fut effrayé car le vieil homme ne lui répondait pas. Il posa sa main dans le noir et toucha le visage du vieil homme - il cria et retira sa main, le visage était de glace ! Mosaku était raide mort -
A l'aube, la tempête s'était enfin calmée et quand le ferry-boat revint de l'autre rive un peu après le lever du soleil, le batelier trouva Minokichi étendu sans connaissance auprès du cadavre du vieil homme. Il prit vite soin du jeune homme, pour le réchauffer mais Minokichi resta malade un long moment dû aux effets de cette terrible nuit. La mort du vieil homme l'avait profondément affecté mais jamais il n'évoqua la silhouette de la femme en blanc qui s'était penchée sur lui. Dès qu'il fut rétabli, il retourna à son village - il allait chaque matin dans la forêt, seul, et revenait à la nuit tombante avec son chargement de fagots de bois que sa mère lui demandait de vendre.


Un soir de l'hiver suivant, alors qu'il rentrait chez lui, Minokichi rencontra une jeune fille qui suivait le même chemin. Elle était grande, mince, plutôt jolie et elle répondit aux salutations du jeune homme d'une voix mélodieuse qui évoquait le chant des oiseaux ; ils marchèrent de concert et commenrent à parler. La jeune fille dit que son nom était O-Yuki, qu'elle avait perdu récemment ses parents et qu'elle allait se rendre à Edo (l'ancienne Tokyô) où il lui restait de la famille éloignée qui pourrait lui trouver un emploi de servante. Minokichi fut d'emblée charmé par cette étrange fille, plus elle le regardait plus il la trouvait séduisante. Il lui demanda si elle était déja engagée et elle lui répondit en riant, qu'elle était libre. Alors à son tour elle demanda à Minokichi s'il était marié ou sur le point de l'être et il répondit qu'il n'avait que sa mère, veuve, dont il s'occupait . Après toutes ces confidences ils marchèrent sans parler pendant un long moment mais comme dit le proverbe "quand le désir est là, les yeux peuvent en dire plus que la bouche" et avant d'être arrivés au village ils étaient déjà très heureux de s'être rencontrés. Minokichi demandé à O-Yuki de rester un peu dans leur maison. Après une petite hésitation, elle accepta et vint avec lui. La mère de Minokichi l'accueillit et leur prépara un bon repas chaud. La jeune fille se comportait de manière si agréable que la vieille femme la persuada de retarder son départ pour Edo et ce qui devait arriver arriva, O-Yuki resta comme "honorable belle-fille" - O-Yuki se comporta comme une excellente belle-fille prenant soin de sa belle-mère qui décèda 5 ans après. Ses derniers mots avaient été pour louer la femme de son fils.
O-Yuki mit au monde 10 enfants, garçons et filles, tous très beaux et tous très blanc de peau.
Les gens du village pensait qu'O-Yuki était une femme merveilleuse, bien différente d'eux tous ; les femmes de paysans semblaient vieillir rapidement mais O-Yuki, malgré les années qui passaient et avoir donné le jour à 10 enfants paraissait toujours jeune et fraîche comme le jour où elle était apparue au village.
Une nuit, après que les enfants soient allés se coucher, O-Yuki cousait à la lumière de la lampe à huile et Minokichi en la regardant lui dit :
- Te voir ainsi penchée sur ta couture, la lumière de la lamoe éclairant ton visage me fait penser à quelque chose d'étrange qui m'est arrivé quand j'étais un apprenti de 18 ans. J'ai vu quelqu'un aussi blanche et belle que tu l'es en ce moment.... oui, elle était comme toi !
O-Yuki, sans lever les yeux de son ouvrage répondit :
- racontes-moi - Où l'as tu vue ?
Minokichi lui raconta toute l'histoire qui lui était arrivé dans la hutte du batelier ; la mort de Mosaku ; la vision de la femme en blanc... Je ne sais pas si j'étais éveillé ou endormi, mais c'était la première fois que je voyais une femme aussi belle que toi, mais j'avais peur d'elle... elle était si blanche ! J'ai pensé que j'avais rêvé, rêvé de la Dame des Neiges.
O-Yuki jeta son ouvrage au sol, se leva d'un bond, se pencha sur Minokichi et hurla :
- C'était... c'était moi... Yuki !! et je t'ai dit de ne jamais révéler cette histoire, de n'en parler à personne !! S'il n'y avait pas ces enfants endormis je t'aurais tué, mais tu as intérêt à prendre bien soin d'eux car si jamais j'ai à me plaindre de toi, je te réserverais le traitement que tu mérites !
Même alors qu'elle criait, sa voix était encore légère comme le bruit du vent... puis elle se fondit dans le brouillard et la vapeur qui montait au plafond et disparut par le trou de la cheminée.
Personne ne la vit jamais plus !

 



02/12/2008
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 5 autres membres