Plume et parchemin

Plume et parchemin

Tsuru Onna - la dame-grue cendrée

Il y a très, très longtemps, vivaient dans un village un vieil homme et sa femme. Ils étaient très pauvres mais aussi très chaleureux.
Un jour froid et neigeux d'hiver, le vieil homme se rendit à la ville pour y vendre du bois. Lorsqu'il retourna chez lui, il aperçut quelque chose qui bougeait dans un champ de neige.
-Qu'est-ce que c'est ?
Il trouva une grue qui était prise au piège. Plus elle se débattait, plus le piège se refermait sur elle. Le vieil homme éprouva beaucoup de pitié : - Ne bouge plus ! je vais t'aider ...
Il l'aida à se défaire du piège et aussitôt elle s'envola vers la montagne.


De retour à la maison, il raconta à sa femme toute l'histoire et ajouta "j'ai fait quelque chose de bien, j'ai aidé une grue à sortir d'un piège"
En soirée, ils entendirent frapper à la porte de la maison.
-Qui est-ce demanda la vieille femme ? et elle alla ouvrir la porte. Elle avait devant elle une très belle femme.
- Excusez-moi, dit celle-ci, je viens au village visiter des amis, mais il neige abondamment et je me suis perdue dans le noir. Auriez-vous l'amabilité de m'accueillir un moment ?
- Il fait très froid dehors - restez-donc cette nuit. Nous sommes pauvres et n'avons pas de couverture chaude, mais vous pouvez rester chez nous si vous le souhaitez.
La jolie dame était vraiment heureuse de la gentillesse et de l'hospitalité de la vieille dame et décida de rester pour la nuit.
Le lendemain, il neigeait encore plus et le jour d'après également si bien qu'elle resta plusieurs jours.
Elle était si gentille et si douce qu'ils cuisinèrent et s'occupèrent d'elle, en retour elle massait les épaules du vieux couple de ses belle mains blanches, chaque soir avant qu'ils aillent se coucher.
Comme le vieux couple n'avait pas d'enfants, ils la considéraient un peu comme une leur fille.
Un soir, elle leur demanda gentiment : "s'il-vous-plait, faites de moi votre vraie fille". Ils étaient enchantés d'entendre cette demande et acquiescèrent immédiatement.
Une fois , elle demanda à ses parents adoptifs "je voudrais tisser un très beau tissu, pourriez-vous m'acheter du fil". Le vieil homme lui acheta vite du fil. Elle alla tisser dans sa chambre mais demanda au vieux couple "tout le temps que je vais tisser ce beau tissu, je vous demande de ne pas ouvrir la porte, de ne pas entrer dans cette chambre et de ne pas regarder"
- Va tisser ton tissu, mon enfant, nous ne regarderons pas dans cette pièce.
Le bruit du métier à tisser résonnait nuit et jour , elle ne descendit pas pendant trois jours mais le soir du 3e jour, elle arriva avec un rouleau de tissu :
- Mes chers parents, regardez ce que j'ai fait.
C'était le plus beau tissu qu'on ait jamais vu et les parents s'exclamèrent, pétrifiés devant tant de beauté " Oh, nous n'avons jamais vu un tissu aussi magnifique !"
Voulez-vous le vendre demain à la ville et s'il-vous-plait apportez moi plus de fil.
Le lendemain, le vieil homme alla à la ville vendre le tissu dont il tira un très bon prix - avec cet argent il acheté de beaux fils et revint à la maison très joyeux.
Le lendemain, la jeune fille se remit à tisser et trois jours passèrent sans qu'on puisse la voir.
Le vieille femme dit à son mari :
- Quels beaux tissus elle tisse, je voudrais voir comment elle s'y prend
-Non, ne fais pas ça, elle a expressément défendu qu'on aille la voir.
Mais la vieille femme était trop curieuse, elle voulait voir "un tout petit peu" et elle monta en entrouvrit la porte :
-Oh Mon Dieu, s'exclama-t-elle car ce n'était pas une jeune fille qui tissait mais une grue cendrée qui attrapait ses plumes et les mélangeaient aux fils de trame. Elle les prenait avec son long bec et les posait sur les fils, elle avait presque utilisé toutes ses plumes.
La vieille femme redescendit doucement et murmura à son mari : - il y a une grue qui tisse là-haut -
Le soir, la jeune fille redescendit avec le tissu et dit au vieux couple :
- Père et mère, je n'oublierais jamais votre gentillesse, je suis la grue que vous avez sauvée du piège ce soir d'hiver dans la neige. Je suis venue chez vous pour vous aider mais vous avez vu ma figure et je ne peux plus rester chez vous. Je dois vous dire adieu.
le vieux couple la supplia de rester, mais c'était impossible. Ouvrant tout grand ses bras, elle les transforma en ailes , redevint la grue et s'envola hors de la maison vers la montagne.
Le vieux couple resta seul mais vendit le splendide tissu et eut assez d'argent pour vivre.

 



02/12/2008
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 6 autres membres